FilObjectif | Nouvelles | Habib Sursock.. Le voyage du pharaon volant sur la glace

En novembre 1932, le capitaine de l’équipe anglaise de hockey sur glace « Lions » a déclaré à la presse : « Nous avons réussi à embaucher un joueur égyptien qui joue au hockey sur glace comme Hussein Hegazy jouait au football, il est maintenant le meilleur joueur de notre équipe. Ils ont accueilli notre nouveau joueur Habib Sursock.

Un reportage suivi par le journal français Excelsior, dans lequel il évoquait les propos tenus par le capitaine « JCMagwood » dans lesquels il faisait l’éloge de son nouveau coéquipier égyptien, qui n’avait pas encore 20 ans.

Reportage du journal Excelsior dans son édition du 2 novembre 1932

Un Égyptien avec un nom inconnu comme Sursock, et il joue à un jeu qui ne peut pas être joué en Égypte, dont la nature géographique ne connaissait pas les chutes de neige et y excellait même, donc sa performance est comparée à la performance du père du football égyptien Hussein Hegazy dans le football, il a été un grand facteur de motivation dans la recherche du voyage de Sursock à travers la glace des Anglais.

Qui est Habib Sursock ?

Égyptien d’origine libanaise, Habib Sursock est né au Caire à Saray Al-Jazirah (l’emplacement actuel est l’hôtel Zamalek Marriott) en 1913 dans la famille Sursock, dont certains membres sont venus en Égypte au milieu du XIXe siècle.

Habib a ouvert les yeux sur le monde pour se retrouver le fils de l’une des familles les plus riches du monde arabe, avec des fils occupant des postes de direction clés au Liban et au Caire. Il fait ses premiers pas dans le sport au sein du club Al-Jazira. réservé à la communauté anglaise du Caire et à l’élite égyptienne.

A une époque où le football faisait ses premiers pas et était certainement loin des intérêts des pionniers du club d’Al Jazira, Habib pratiquait d’autres jeux, notamment le tennis, dans lequel il excellait depuis l’enfance. Adolescent, Habib a déménagé en Suisse, où il a été initié au hockey sur glace.

La Suisse.. Les premiers pas sur la glace

Al-Masry a commencé son premier voyage avec le jeu à l’âge de huit ans sur la glace suisse et a commencé son parcours professionnel avec le jeu avant l’âge de dix-huit ans où il a joué dans les rangs de l’équipe « Le Rosey ». qui a disputé la finale du championnat de la Ligue suisse en 1931 et 1932 et a perdu les deux fois, contre l’équipe de Davos.

Bien qu’il ait perdu les deux matchs, Sursock a reçu les éloges de la presse suisse dans les deux matchs.Le journal Neue Zürcher Nachrichten , qui a rendu compte de la finale de 1932, a déclaré que Sursock était le meilleur joueur de son équipe, ce qui a incité l’équipe nationale suisse à le choisir pour participer à niveau international.

Rapport de la finale de la Ligue suisse de 1931 du Neue Zürcher Zeitung

Rapport de la finale de la ligue suisse de 1932 du Neue Zürcher Nachrichten

Avant que l’Egyptien n’atteigne ses vingt ans, il quittera la Suisse pour l’Angleterre, où il sera témoin de la splendeur de son étoile et de son éclat.

Londres..renommée et gloire

Habib Sursock a rejoint les Lions de Londres en 1932 et s’est lancé dans un nouveau voyage sur la glace anglaise où son génie a conduit l’équipe nationale d’Angleterre à l’inclure dans leurs rangs.

En mars 1932, le journal anglais The Daily Mirror – que vous mentionnerez fréquemment dans cet article – écrivait sur l’équipe nationale d’Angleterre qui accueillera l’équipe nationale américaine dans un tournoi international, disant que Habib The Sursock, 20 ans, était devenu disponible, ce qui verrait l’équipe nationale entrer dans le match avec l’équipe la plus forte disponible.

Dans la formation rédigée par le journal, le nom Habib Sursock apparaît sur la ligne offensive et à côté de son nom on retrouve le nom « London Lions », le premier club pour lequel Habib a joué lors de son séjour en Angleterre.

Le rapport du Daily Mirror du 20 mars 1933

Après une seule saison avec les Lions de Londres, l’attaquant égyptien a rejoint l’équipe de Queen’s.

En novembre 1933, avec le début de la nouvelle saison en Angleterre, Habib fera sa première apparition dans l’équipe de la Reine, ce qui a été révélé dans un reportage du 8 novembre paru dans le journal The Daily Mirror selon lequel Habib Sursock était le seul Égyptien dans son groupe sous contrôle canadien. équipe.

Le rapport du Daily Mirror du 8 novembre 1933

Dans les jours suivants, Habib subira deux blessures graves, la première lors d’un match de championnat où il subit une commotion cérébrale et quelques jours plus tard il subira une blessure à l’épaule lors d’un match amical contre la France pour l’équipe d’Angleterre.

Reportage du Daily Mirror du 22 novembre 1933 sur le match Angleterre-France

Habib reviendrait l’année suivante pour participer avec son équipe et l’équipe nationale d’Angleterre et pour la première fois sa grande habileté à un autre jeu, le tennis, est mentionnée dans un rapport publié en février 1934 dans le journal Evening Despatch. Sous le titre « Egyptian Star », dans lequel elle évoque l’histoire de Sursock, elle mentionne qu’il est né au Caire dans une famille aisée et représente également l’Angleterre et la Suisse au niveau international en hockey sur glace aux côtés de l’équipe nationale égyptienne en tennis.

Le rapport de dépêche du soir en février 1934

Sursock a quitté l’équipe « Queen’s » à la fin de la saison et est retourné au Caire avant que le club des Richmond Hawks ne réussisse à le gagner pendant deux saisons, ce qui est la dernière étape d’Al-Masry avec le hockey en Angleterre, c’est le tennis.

Habib Sursock dans le maillot n ° 8 alors qu’il jouait pour les Richmond Hawks

Surchaussette et tennis

Nous n’avons pas beaucoup d’informations sur le parcours tennistique d’Habib Sursock. Ce jeu, qui n’a pas été documenté pour son histoire en Egypte, comme les jeux les plus populaires, mais ce que nous avons réalisé nous confirme la valeur de Habib dans l’histoire du tennis égyptien.

Dans cette image, nous voyons l’équipe égyptienne se préparer à participer au tennis de la Coupe Davis, avec Habib Sursock au centre, qui est crédité comme le capitaine de l’équipe égyptienne dans les mots écrits sous l’image.

Sursock a également joué un rôle important pour faire participer les meilleurs joueurs de tennis aux tournois qui se déroulaient en Égypte puisqu’il occupait le poste de secrétaire de la fédération égyptienne pour le jeu, dirigé par l’Espagnol Manuel Santana et l’Italien Nicola Petrangelli.

Quant à son rôle le plus important dans la Fédération égyptienne de tennis, il est venu aux efforts de Sursock, qui a apporté à l’Égypte trois titres du Grand Chelem dans les années 1950 après avoir convaincu Jaroslav Drobny, le numéro un mondial du tennis, de participer à des tournois sous le drapeau égyptien après fuyant la Tchécoslovaquie.

Drobney a été un déménagement réussi de Sursock et l’a récompensé lorsqu’il a décerné à l’Égypte et à l’Afrique leur seul titre aux championnats de tennis de Wimbledon en 1954. Cela est venu après avoir remporté les titres de Roland Garros en 1951 et 1952, auxquels il a également participé en tant que joueur égyptien.

Iaroslav Drobny

Sursock… et la révolution de 1952

Sursock n’a pas récolté les fruits des exploits de Drubni sous la bannière du drapeau égyptien. Après la révolution de 1952, sa famille a souffert et sa famille a dû retourner au Liban, tandis que Habib les a rejoints après avoir passé plusieurs mois en prison. La présidence libanaise est intervenue pour le libérer. , ainsi Sursock a vécu sa vie entre le Liban et l’Égypte jusqu’à sa mort au Caire en 1981 après un long voyage avec le sport, au cours duquel il a écrit son nom dans l’histoire sportive du pays.

le message

« Bonsoir,

J’espère que tu es au mieux de ta forme.

Pendant ce temps, j’écris un article sur un Egyptien nommé Habib Sursock qui est né au Caire en 1913 et y est mort en 1981. J’ai l’impression que vous êtes lié à cet homme. Si ma supposition est correcte, veuillez répondre, j’ai quelques questions sur Habib Sursock auxquelles je ne trouve pas de réponses. »

Le lendemain, la réponse est venue :

« Oui, je connais l’homme, mais j’aimerais connaître le but du sujet et où il est publié? »

Après avoir répondu aux questions :

« Oui, je suis Nisha Sursock. L’homme dont vous parlez est mon père. »

Ce message était dirigé vers un compte Facebook d’un homme dont le nom se termine par le nom de famille Sursock, et dans le compte duquel il y avait des informations sur sa présence au Caire pendant ses années d’étudiant. Une lettre sans espoir est devenue la plus importante dans la recherche de l’histoire de Habib Sursock. Avec elle tous les fils étaient noués et les mystères résolus grâce à une multitude d’informations que Nisha a amoureusement transmises à son père, pleinement conscient de l’importance de documenter le voyage du pharaon volant sur la glace.

La presse… l’art du doute et du procès.

Sources

Archives des journaux Excelsior صحيفة

Archives du Daily Mirror

Archive de l’émission du soir

Archives de la Neue Zürcher Zeitung

Archives des Neue Zürcher Nachrichten

Archives de la famille Habib Sursock

Roselle Sault

"Maven de la bière subtilement charmant. Penseur. Extrême geek d'Internet. Passionné de voyages. Organisateur sympathique. Fanatique du Web. Communicateur certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.