France.. Des élections au goût de sanctions | Kamal Belhadi

Dr Kamal Belhadi

Les partis au pouvoir en Europe doivent se préparer à toutes les élections à venir, qu’elles soient dans les délais ou trop tôt, car le citoyen européen contribuable ne pourra plus tolérer une guerre absurde qui fait rage en Ukraine, dont des fragments atteignent tous les points du monde.
Les élections générales françaises, lors de leur deuxième tour dimanche dernier, ont donné au président français Emmanuel Macron, qui a été réélu en avril dernier, un avertissement précoce que sa réélection n’est pas un chèque en blanc. Et reconsidérer les propositions électorales de la coalition présidentielle est un enjeu légitime, comme l’ont montré les deux tours des élections législatives. Le premier tour a été décidé par une légère poussée de la coalition de gauche dirigée par Jean-Luc Mélenchon, qui peine sérieusement à évincer la droite, avec ses côtés centristes et extrémistes, du pouvoir lors des prochaines élections. Au second tour, la coalition du Président a réussi à remporter une victoire relative qui ne lui donne pas le pouvoir absolu, et cela obligera le prochain gouvernement à travailler à une « coexistence » d’intérêts avec la coalition Melenchon ou à monter aux armes l’extrême droite menée par Marine Le Pen, qui a terminé troisième des élections législatives avec un résultat surprenant.
Dans les deux cas, le gouvernement ne sera pas stable et le président pourrait se rendre à des élections anticipées si la vague d’inflation provoquée par les prix mondiaux élevés de l’énergie se poursuit. Et si le nouveau gouvernement est contraint d’adopter une politique d’austérité stricte. Ensuite, les scènes de chaos et de protestations qui ont accompagné la première période du règne de Macron, lorsque le mouvement des « gilets jaunes » ont balayé les rues et même pris d’assaut l’Elysée, se répéteront.
Selon les statistiques de l’Institut national de la statistique et de la recherche économique en France, le taux d’inflation mensuel a atteint 5,4 %, mais la situation est encore meilleure par rapport à d’autres pays européens, notamment l’Allemagne, où l’inflation a atteint environ 8 %. Mais les experts disent que la France ne pourra plus résister, surtout après que les États-Unis ont relevé le taux d’intérêt de la Réserve fédérale américaine pour contrôler l’accélération de l’inflation.
Quant aux approvisionnements énergétiques du côté russe ; La France a été directement touchée par les sanctions occidentales imposées à Moscou. La Russie a interrompu l’approvisionnement en gaz de la France, ce qui entraînerait une nouvelle flambée des prix du gaz.La société GRT Gas, qui supervise le réseau de transport de gaz français, a annoncé vendredi qu’elle n’avait pas reçu de gaz russe par le gazoduc depuis le 15 mars. Dans ce contexte, les autorités ont pris des mesures pour éviter de nouvelles hausses de prix et indemniser les fournisseurs, mais cela n’a pas apaisé les inquiétudes des consommateurs français.
Cette réalité économique aura un impact négatif sur la stabilité politique des pays européens, et la France a exprimé cette humeur tendue lors des récentes élections, qui ont été affectées par les retombées de la guerre en Ukraine.
D’autre part, le nouveau chef de l’opposition, Jean-Luc Mélenchon, semble être l’une des rares voix européennes à soutenir Poutine sur des positions politiques antérieures, notamment concernant la guerre en Syrie et les questions du Moyen-Orient en général. Melenchon est également opposé à la guerre en Ukraine et considère l’Europe et la France comme les grands perdants d’une bataille dans laquelle les États-Unis ont entraîné tout le monde. A noter que Mélenchon s’oppose au maintien de la France dans l’OTAN et prend des positions critiques sur l’institution de l’Union européenne, étant donné que l’Europe est totalement dépendante et inféodée aux États-Unis. Le leader de l’opposition ne cache pas que ses critiques trouvent leur origine dans le virage à droite majeur de la France des deux côtés, qui menace l’unité de la société française. Sur cette base, le chef de l’Alliance de gauche en France a réussi à persuader les Français de lui donner leurs voix, ce qui lui a assuré la position de principale opposition et peut-être un partenaire gouvernemental. .

[email protected]

elite boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.