L’Algérie en tête de liste des pays endettés envers les hôpitaux parisiens avec 31 millions d’euros

Publié dans:

L’Algérie arrive en tête de liste des pays qui devaient aux hôpitaux français plus de 31 millions d’euros. Le journal « Al-Watan » soupçonnait que la raison de la facture élevée était le traitement fréquent des hauts fonctionnaires et des touristes algériens en visite en France. Le Maroc est arrivé deuxième avec 11 millions d’euros.

Administration publiée Hôpitaux parisiens Jeudi, le ministère français de la Santé a publié un rapport détaillé révélant les noms des pays étrangers qui n’avaient pas payé la facture du traitement que leurs citoyens ou certains de leurs fonctionnaires avaient reçu dans les hôpitaux de la capitale parisienne, y compris les cas urgents.

Le rapport a révélé que la valeur de la dette résultant de ce retard était d’environ 120 millions d’euros fin 2014, selon l’administration hospitalière de Paris.

et viens Algérie En tête des pays débiteurs avec environ 32 millions d’euros, suivi du Maroc avec 11 millions, puis des Etats-Unis avec environ 6 millions d’euros, la Belgique avec 5 millions et la Tunisie avec plus de 4 millions d’euros.

Consultations médicales prépayées à partir de septembre 2015

L’Algérie qui occupe la première place est due au grand nombre de touristes algériens visitant la France et aux résidents illégaux du pays, qui se rendent souvent aux urgences des hôpitaux français pour soigner les maladies dont ils souffrent.

Cependant, le journal algérien francophone El Watan a laissé entendre que la lourde facture de l’Algérie était due au traitement réservé aux hauts responsables algériens, tant civils que militaires, qui sont transférés d’urgence dans les hôpitaux parisiens. Ces responsables sont dirigés par le président Abdelaziz Bouteflika.

En outre, le rapport souligne que le nombre de patients étrangers soignés à Paris a augmenté de 9,8 % entre 2010 et 2014, expliquant que les citoyens algériens, marocains, italiens et koweïtiens sont ceux qui se sont rendus plus que les autres dans les hôpitaux français.

Afin d’éviter que le phénomène d’endettement ne s’amplifie, l’administration hospitalière de Paris a décidé, à partir de septembre prochain, d’exiger des patients étrangers qu’ils paient à l’avance les soins, faute de quoi ils ne seront pas soignés.

France 24

Denise Herbert

"Érudit indépendant de la culture pop. Entrepreneur hardcore. Accro à la cuisine typique. Fan d'Internet. Praticien de la musique subtilement charmant."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.