Le Premier ministre français réclame des solutions à l’amiable… et l’opposition menace d’un vote de défiance

Lors de sa présentation au Parlement mercredi, la Première ministre française Elisabeth Borne a appelé les partis d’opposition mécontents à « trouver des solutions mutuellement acceptables » après le coup porté au camp. Président Emmanuel Macron aux élections législatives.

Bourne, 61 ans, a déclaré qu’elle ne reculerait pas devant les « défis » ou les « discussions », notant qu’elle n’aurait « qu’une seule boussole, celle de notre gouvernement : construire pour notre pays ». « Les Français veulent un gouvernement travailliste et un Parlement travailliste », a-t-elle ajouté.

La Première ministre s’est adressée à la Chambre des représentants pendant plus d’une heure mercredi après-midi avant de se rendre au Sénat pour présenter la « politique générale » de son gouvernement.

Après que le président Emmanuel Macron a perdu sa majorité absolue à l’Assemblée nationale lors des élections générales de juin, les deux ont présenté le nouveau gouvernement qui serait chargé de mettre en œuvre ses réformes face à une opposition mécontente.

Born est devenue le deuxième premier ministre de l’histoire française contemporaine, elle a étudié l’ingénierie et était connue pour sa ténacité.

Le Premier ministre a exhorté les partis d’opposition de gauche, de droite et d’extrême droite à trouver des « solutions à l’amiable » et à « construire ensemble » pour trouver des solutions aux prix de l’énergie et aux défis climatiques.

Auror Berger, député de la République en mouvement, a déclaré que le « nouvel accord politique » nécessitait une « culture de compromis » entre les forces politiques.

De leur côté, les quatre partis de gauche à l’Assemblée nationale ont déposé mercredi une motion de censure au gouvernement.

Dans leur texte, soumis au Présidium de l’Assemblée nationale et diffusé à la presse, les quatre partis précisent qu' »en l’absence d’un vote de confiance », que le Premier ministre n’a pas demandé, « nous n’avons d’autre choix que de soumettre cette motion de censure ».

Pour renverser le gouvernement, le mémorandum doit obtenir une majorité absolue, ce qui est peu probable.

Andrien Barre

"Maven de la bière. Expert du Web. Troublemaker de longue date. Organisateur en herbe. Communicateur général. Gourou de la télévision."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.