Quand une cyberattaque est-elle un crime de guerre ?



agences


Publié le : lundi 13 juin 2022 – 00:28 | Dernière mise à jour : lundi 13 juin 2022 – 00:28

Les dégâts causés par les cyberattaques pendant la guerre en Ukraine semblent faibles par rapport aux atrocités des combats sur le terrain, mais cela ne signifie pas que ces attaques ne se produisent pas du tout ou que les civils sont épargnés, selon l’agence de presse suisse.

Le 24 février 2022, jour où la Russie a lancé son invasion de l’Ukraine, une cyberattaque contre le service Internet par satellite (KA-SAT) a coupé les communications militaires de l’Ukraine.

L’attaque, que les responsables américains ont attribuée au service d’espionnage militaire russe, a traversé la frontière ukrainienne. Il a coupé Internet à des dizaines de milliers de personnes à travers l’Europe, de la France à l’Ukraine. Un mois après l’attaque, Internet a été coupé d’environ 2 000 éoliennes en Allemagne.

Le lendemain, un poste de contrôle frontalier entre l’Ukraine et la Roumanie a été infecté par un logiciel malveillant d’analyse de données qui ralentissait le traitement des demandes de réfugiés tentant de fuir le pays. Les auteurs de cette attaque sont encore inconnus.

Ce sont deux des trente-cinq cyberattaques majeures contre des infrastructures critiques et civiles en Ukraine que l’ONG genevoise Electronic Peace Foundation a annoncées sur son site Internet depuis le début de la guerre. Alors que la plupart des attaques visaient des cibles militaires, des installations publiques et les médias, des civils ont également été touchés, intentionnellement ou non, a déclaré Bruno Halupo, directeur de la technologie de l’organisation et chef du département de cyberanalyse.

À cet égard, les attaques contre des civils peuvent constituer des crimes de guerre au regard du droit international humanitaire.

« Nous surveillons la situation et rassemblons des preuves afin que si jamais une enquête est menée, nous puissions fournir des preuves de ce qui s’est passé », a déclaré Halopo. L’ONG répertorie les cyberattaques sur son site internet, fournit des informations précises à leur sujet et sur les dommages sociétaux qu’elles causent, et identifie leur type.

Il a ajouté: « Ce que nous publions sur notre site Web n’est qu’une petite partie des informations dont nous disposons », ajoutant que ces informations sont disponibles pour une éventuelle action en justice future. De plus, la Cyber ​​​​Peace Foundation compile ces preuves pour évaluer si les pays respectent les traités internationaux qu’ils ont signés et pour identifier les lacunes de la législation existante.

La loi martiale à l’ère numérique
En général, le droit international humanitaire, également connu sous le nom de droit de la guerre, impose des restrictions à la conduite des hostilités et vise à protéger les civils, le personnel médical et médical, les soldats blessés et les prisonniers de guerre.

Il est interdit d’attaquer directement des civils. L’utilisation d’armes dont les effets ne peuvent être limités à des fins militaires est également interdite. Cela signifie dans le monde réel et réel, par exemple, ne pas attaquer un hôpital ou bombarder des zones densément peuplées. Mais dans le monde numérique, les choses se compliquent.

elite boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.