L’Allemagne entre en lutte d’influence en Afrique |

Berlin- Le précédent voyage du chancelier Olaf Scholz en Afrique signale que l’Allemagne est également entrée dans la bataille d’influence qui fait rage sur le continent brun, précisément face à la concurrence intense entre la France et la Russie, et que cette dernière a réussi à prendre pied dans la région.

Et l’Afrique a été la première destination étrangère de Schulz, pas l’Asie ou l’Amérique latine. Entre le 22 et le 25 mai de l’année dernière, il a visité le continent, y compris le Sénégal, le Niger et l’Afrique du Sud.

Bien que la situation complexe en Ukraine ait été au centre de ce cycle, alors que de violents combats se poursuivent entre les forces russes et ukrainiennes luttant pour empêcher les Russes de prendre le contrôle de la région du Donbass, Schulz s’est également concentré sur la prévention qui accomplit ce que son prédécesseur, la chancelière Angela Merkel, avait partir sur le continent brun.

rôle militaire

Le dossier de la sécurité est au centre des pourparlers de Schulz avec le président nigérien Mohamed Bazoum, reflétant la militarisation du rôle de l’Allemagne

Le contenu des entretiens que Schulz a eus avec les chefs d’État et de gouvernement des trois pays africains mentionnés reflète le fait que l’Allemagne joue son rôle face aux dangers croissants des organisations djihadistes, notamment dans les pays du Sahel, et aux inquiétudes des les forces qui y interviennent se militarisent dans une compétition d’influence plutôt que de combattre des extrémistes comme la Russie et la France le font au Mali.

La certitude a dépassé les pourparlers de Scholz avec le président nigérian Mohamed Bazoum à Niamey.

L’Allemagne, comme d’autres puissances européennes comme la France, a transféré son soutien militaire au Niger pour lutter contre les groupes djihadistes violents après que la junte a renversé le gouvernement élu au Mali voisin et institué des politiques hostiles qui ont abouti à l’expulsion de la France du pays.

Et 200 soldats allemands sont déployés au Niger, riche en ressources et géostratégiquement important. Dans le cadre de l’opération Gazelle, menée depuis 2018 pour le compte de la mission de formation de l’UE, la Bundeswehr forme des forces spéciales nigérianes.

Le Bundestag allemand avait auparavant décidé de mettre fin à l’implication de la Bundeswehr dans cette mission au Mali voisin, actuellement dirigé par un gouvernement militaire hostile à la France et à l’Occident, tandis que Bamako a engagé des mercenaires russes de Wagner dans sa guerre contre les groupes djihadistes.

La formation des forces spéciales au Niger, considérée comme réussie, devrait se poursuivre jusqu’à la fin de cette année, et les discussions sur la poursuite de la participation de la Bundeswehr à la mission sont toujours en cours.

La Bundeswehr doit continuer à participer à la mission de l’ONU « MINUSMA » au Mali, et le Parlement a également augmenté le nombre maximum de soldats participant à la mission à 1 400 soldats.

Dans un document de recherche pour le Centre du futur pour la recherche et les études avancées, le chercheur Hamdi Abdel Rahman a noté que « la visite du chancelier Schulz à Niamey revêt une grande importance étant donné que le gouvernement démocratiquement élu du président Bazoum au Niger poursuit une politique pro-occidentale et que, contrairement à beaucoup d’autres Pays africains, elle a clairement refusé de coopérer avec la Russie.

« Ainsi, dans le cadre de la nouvelle politique de construction d’alliances dans l’après-guerre ukrainienne, le Niger occupera une place centrale dans la réflexion stratégique de l’Occident », a ajouté Abdel Rahman. Conformément au mandat du Bundestag allemand, les opérations militaires de l’Allemagne dans la zone du Sahel ont été étendues, le Niger jouant un rôle de plus en plus important en raison de la relocalisation presque complète de la mission de formation professionnelle de l’Union européenne du Mali au Niger.

Ordre du jour allemand

L’Allemagne a un certain nombre d’objectifs, dont le plus important est d’endiguer l’influence croissante de la Russie en Afrique et de combler le vide laissé par les Français.

Le mouvement de l’Allemagne vers le continent brun est calculé alors que Berlin cherche à atteindre un certain nombre d’objectifs, dont le plus important est peut-être d’endiguer l’influence croissante de la Russie en Afrique et de combler le vide laissé par les Français, celui qui fait face à un rejet croissant de la présence là-bas. .

L’augmentation de la participation allemande aux forces de la MINUSMA au Mali de 1 100 à 1 400 soldats apparaît comme une préparation à une escalade de la confrontation avec les jihadistes.

Selon le libellé du mandat, davantage de forces peuvent être mobilisées « dans les phases de déploiement et dans le cadre des rotations de troupes et dans les situations d’urgence ». Ce faisant, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali a été autorisée à prendre toutes les mesures nécessaires, y compris le recours à la force militaire, pour faire le travail.

L’un des objectifs du grand engagement allemand sur le continent brun sera de contrer l’influence russe, puisque Moscou a réussi à s’infiltrer au Mali grâce aux mercenaires wagnériens, d’autant plus que le pays africain, déchiré par le chaos politique et sécuritaire, est le troisième producteur d’or du pays. L’Afrique après l’Afrique du Sud et le Ghana et possède d’importants gisements de bauxite, de phosphate et de minerai de fer. .

« Bien que l’Allemagne elle-même ait été autrefois une puissance coloniale en Afrique, d’autres pays occidentaux ont pris le pas, surtout la France », a déclaré Abdel Rahman. Ainsi, dans le cadre de sa réorientation stratégique, l’Allemagne veut devenir une puissance européenne de premier plan en gagnant en influence et en prestige au niveau international.

Cela laissera l’Afrique au bord d’une intense compétition d’influence alors que les dirigeants européens, menés par la France et l’Allemagne, chercheront à contrer les avancées de la Chine en Afrique et à contenir les menaces de mouvements turcs et russes sur le continent.

Les mesures allemandes semblent viser à contrer les mesures de guerre commerciale entre Washington et Pékin en exhortant les entreprises allemandes à pénétrer les marchés africains et à profiter des opportunités d’investissement là-bas.

elite boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.