Polémique sur la formation médicale et les salaires en Algérie après que la France a attiré 1200 médecins

« Si le ministère français de la Santé avait annoncé l’admission de 1 200 médecins algériens dans ses hôpitaux, alors tout le monde s’effondrerait lorsque le nombre total de candidats algériens serait connu. »

Samir Nasseri L’Office National des Associations Etudiantes Libres des Universités Algériennes

Pour sa part, Samir Nasseri, du Bureau national de l’Union générale des étudiants libres dans les universités algériennes, a déclaré à Al-Fanar qu’environ 80 % des étudiants en médecine rêvent d’émigrer et que la plupart d’entre eux atteignent leur destination après la fin de la phase de spécialisation, parce que les hôpitaux européens n’ont pas le temps de se reconfigurer car ils s’appuient sur du personnel médical prêt à l’emploi, comme il l’a dit.

Nasseri ajoute : « Si le ministère français de la Santé annonçait l’admission de 1 200 médecins algériens dans ses hôpitaux, tout le monde s’effondrerait quand le nombre total de candidats algériens serait connu. »

Le médecin algérien Hilali Mowaffaq dit que l’étudiant « depuis ses premières années à l’université a commencé à faire une carte de sa fuite de son pays natal à cause de la façon dont il le gère et des tentations qui viennent de l’étranger par le biais d’agences gouvernementales ou privées, ou par ce que Des collègues qui y travaillent disent que c’est ainsi que la plupart des étudiants en médecine envisagent d’émigrer. »

Il ajoute que la décision pour les diplômés en médecine de se relocaliser annuellement dans les pays européens et du Golfe est « une échappatoire à la sombre réalité que connaît le secteur de la santé en Algérie et compte tenu des lois qui font durer le médecin dans l’intérêt de l’Etat ».

bas salaires

L’étudiant en médecine Abdul Qader Sarhan attribue le phénomène de fuite des cerveaux des médecins aux faibles niveaux de salaire par rapport aux pays voisins, en plus du manque d’installations hospitalières décentes et de l’incapacité à formuler des lois sur la santé qui motivent les médecins à travailler, a-t-il déclaré. En plus de ces raisons, Hilali Mowaffaq explique que les médecins sont souvent confrontés à « des gestions d’établissements hospitaliers qui entrent en conflit avec les compétences ».

docteur De son côté, à Constantine, Mourad Jenan a dénoncé l’annonce du gouvernement qu’il dépenserait des milliards de dollars dans le secteur de la santé ces dernières années « sans que l’Etat ne puisse achever un hôpital de standard international ».

La France n’est pas seule

elite boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.